Eugénisme et politique: le cas de la stérilisation non volontaire

Gilles JEANMONOD ; Geneviève HELLER ; Jacques GASSER

Institut romand d'histoire de la médecine et de la santé, Chemin des Falaises 1, CP 196, 1000 Lausanne 4, Suisse
Tel. 021-3147050, Fax. 021-3147055
<Jacques.Gasser@inst.hospvd.ch>

 

Une loi autorisant dans certaines conditions la stérilisation des infirmes et des malades mentaux a été adoptée le 28 septembre 1928 dans le canton de Vaud. Les débats qui ont eu lieu au Grand Conseil révèlent les arguments formulés au sujet du projet de loi et les positions respectives des députés. Contrairement à une opinion actuelle dominante, selon laquelle les lois eugénistes auraient été prônées principalement par des partisans de l'extrême droite, tandis qu'elles auraient été refusées par les partisans de la gauche, il apparaît que les positions n'étaient pas aussi tranchées. Des représentants de chacune des tendances se sont exprimés aussi bien en faveur qu'en opposition à la loi. Cependant, il semble, du moins les échos dans la presse l'attestent, que la loi ait été votée principalement par des radicaux et des socialistes alors que les libéraux s'y sont majoritairement opposés, avec au centre de leur argumentation le rôle de l'Etat et le droit de la personne.

A l'origine de la large diffusion de l'eugénisme dans l'échiquier politique se trouve le thème de la  dégénérescence de la race . Bien présente dans le discours darwiniste social des élites du début du XXe siècle, la dégénérescence va imprégner dès les années 1910 le discours de la gauche à la faveur d'une volonté de régénération du prolétariat, victime présumée d'une surpopulation et d'une alcoolisation orchestrées par le capital.

Mais après la Seconde Guerre mondiale, l'eugénisme a été ressenti comme une partie intégrante du nazisme, au même titre que le racisme, et n'en a été ensuite que difficilement dissocié. Depuis une quinzaine d'années cependant, aux Etats-Unis et en Europe, des recherches sur les origines et la nature de l'eugénisme sont à l'ordre du jour, probablement sous la pression de l'essor des biotechnologies. La littérature qui s'en fait l'écho conduit à la fois à ne plus limiter l'eugénisme à certaines idéologies et à mieux comprendre les enjeux actuels de la bioéthique.

 

Panel 5C   (Degeneration)
Wednesday, 15 September 1999
14.35

The Neurosciences and Psychiatry: Crossing the Boundaries

Joint Congress of the European Association for the History of Psychiatry (EAHP), the European Club for the History of Neurology (ECHN), and the International Society for the History of the Neurosciences (ISHN)

Zurich and Lausanne, Switzerland, 13-18 September 1999