Écriture et Psychiatrie entre 1890 et 1930 : quelques études sur le langage des aliénés

Isabelle COURBET

Institut romand d'histoire de la médecine et de la santé, Chemin des Falaises 1, CP 196, 1000 Lausanne 4, Suisse
Tel. 021-3147050, Fax. 021-3147055

 

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, le champ psychiatrique accueille un nouvel objet d'étude et d'investigation scientifique : l'écrit aliéné. Ces productions proposent un angle de réflexion différent et conduisent à la mise en place de nouvelles grilles d'analyse. Quelles sont-elles et comment s'articulent-elles au champ médical existant ? Mon intervention aura pour but de décrire brièvement le panorama général des études qui tentent de déchiffrer et d'interpréter la folie cachée derrière les signes graphiques et le langage. A l'aide d'auteurs tels que Rogues de Fursac (1905) ou Max Simon (1888), j'aborderai les préoccupations diagnostiques et pronostiques sous-jacentes à l'examen  graphologique  des écrits déviants.

Conjointement à ces études, la question du langage semble également éveiller un intérêt manifeste dans la psychiatrie du début de XXe siècle, et notamment les anomalies et particularités langagières qui sont sujettes à de nombreux développements de la part de psychiatres tels que Séglas (1892) ou Pfersdorff (1910). De façon marginale, certaines de ces investigations suggèrent de manière hésitante des ressemblances avec des courants de la modernité littéraire caractérisés, eux aussi, par la mise en oeuvre d'une certaine destructuration du langage traditionnel. Parmi les plus connus et les plus pertinents, il faut mentionner les dadaïstes ou les futuristes russes et italiens.

Finalement, je présenterai de manière plus détaillée les études autour de la  poétique de la folie . Caractérisées par l'attention particulière portée à l'aspect littéraire, voire poétique des productions des patients, ces analyses suscitent par ailleurs des réflexions sur la psychopathologie des processus créatifs. Qu'est-ce que l'inspiration et comment définir le talent poétique ? Quelles distinctions et similitudes est-il possible d'établir entre un poète et un fou ? Moreau de Tours (1892) ou Régis (1882), qui sont parmi les premiers à constater et énoncer ce goût de la poésie chez les fous, font partie de ce courant de la psychiatrie moins dévoilé mais qui marque néanmoins solidement sa présence dans le tournant du XIXe au XXe siècle.

 

Panel 3C   (Images and Metaphors)
Monday, 14 September 1999
16.00

The Neurosciences and Psychiatry: Crossing the Boundaries

Joint Congress of the European Association for the History of Psychiatry (EAHP), the European Club for the History of Neurology (ECHN), and the International Society for the History of the Neurosciences (ISHN)

Zurich and Lausanne, Switzerland, 13-18 September 1999