Histoire et évolution des idées sur la connaissance du corps calleux

Maurice BOUCHER ; Alain BOUCHET

54 avenue de Saxe, 69006 Lyon, France
Tel. 04-78245274

 

L'anatomie du corps calleux a provoqué l'intérêt des médecins depuis la haute Antiquité : la commissura cerebri, plafond des ventricules, furent quelques unes des anciennes dénominations. Par contre, Hippocrate semble en avoir ignoré l'existence. Hérophile isole le trigone mais décrit le torcular ou pressoir d'Hérophile comme siège de l'âme, alors qu'Erasistrate préfère une localisation méningée et bulbaire. Gallien fait du cerveau le siège de l'âme raisonnable. Vésale dans son De humani corporis fabrica en 1543 isole plus précisément le corps calleux le confondant même parfois avec le fornix ou trigone. De Laurens, médecin de Henri IV, donne une bonne description du corps calleux. Thomas Willis (1664) appelle le corps calleux verus fornix (la vraie voûte). Il place l'âme dans le centre ovale. Soemmering appelle le corps calleux commissura cerebri magna. Il place l'âme dans le flux vaporeux des ventricules cérébraux. Le baron Boyer refuse de localiser cette âme dans le corps calleux. C'est à partir de Vicq d'Azyr que l'on insiste sur le rôle de commissure interhémisphérique du corps calleux. Gratiolet montrera que les fibres hémisphériques s'entrecroisent sur le corps calleux, se continuent vers l'hémisphère opposé alors que Luys estimera que la distribution des fibres calleuses se fait aux différentes parties du cerveau. Hamilton précisera en fait que le corps calleux est le siège d'une décussation d'une partie des fibres corticales qui ne subiront alors plus d'autre décussation au niveau de la moelle, opinion reprise par Ramson, mais que critiquera Beevor, puis Bruce. Le corps calleux n'est pas une zone de passage, croisée par la voie pyramidale descendante, alors que Mott et Schaeffer estiment que les fibres calleuses proviennent d'un hémisphère et rejoignent le côté opposé. Dejerine fera une étude très détaillée du corps calleux, montrant que les aires de Lancisi ou bandelettes longitudinales de Broca vont constituer les pédoncules du corps calleux. L'extrémité postérieure du corps calleux se termine par le bouquet de Reil ou splenium. Le bourrelet du corps calleux se termine par un bec postérieur qui donne insertion aux fibres transverses du plasterium.

Ces anciennes descriptions anatomiques seront, avec la physiologie, la base de la connaissance du syndrome calleux.

 

Panel 4A   (Body-Mind)
Wednesday, 15 September 1999
09.25

The Neurosciences and Psychiatry: Crossing the Boundaries

Joint Congress of the European Association for the History of Psychiatry (EAHP), the European Club for the History of Neurology (ECHN), and the International Society for the History of the Neurosciences (ISHN)

Zurich and Lausanne, Switzerland, 13-18 September 1999