Naissance de la neurogénétique du comportement

Bernard ANDRIEU

1, rue Isabey, 54000 Nancy, France
Tel. 03-83276015
<Bernard.Andrieu@wanadoo.fr>

 

Le développement de la neurophilosophie a produit un nouveau déplacement dans les champs traditionnels des neurosciences, de la génétique et de la psychiatrie. La recomposition de ces champs réalise le rêve d'une science unifiée des comportements humains : la psychiatrie neurogénétique. Issue de la behavioral genetics, née dans les années 1960 aux Etats-Unis (J.L. Fuller, W.R. Thompson, Behavior Genetics, New York, 1960), la psychiatrie neurogénétique utilise les travaux de la neurobiologie et de la génétique du développement pour délimiter les frontières entre l'inné et l'acquis.

Ainsi l'hérédité des conduites (M. Reuchlin, Paris, 1973) définit l'intelligence ou la schizophrénie selon trois méthodologies : la recherche intra-familiale qui s'appuie sur l'argument d'une étiologie généalogique, la recherche sur les jumeaux qui instaure une comparaison biologique, les hypothèses génétiques qui, depuis les années 60, lient désormais la neurobiologie du développement à la génétique du développement. Les années 80 auront été marquées par l'intersection, sinon la fusion pour la psychiatrie réductionniste, des modèles neuronaux et génétiques. Nous étudierons trois des modèles de la psychiatrie neurogénétique :

  1. Les prédispositions comportementales
  2. Du développement génétique à la régression neurologique
  3. Naturalisation de l'identité sexuelle.

 

Panel 8C   (Search Machine)
Friday, 17 September 1999
15.15

The Neurosciences and Psychiatry: Crossing the Boundaries

Joint Congress of the European Association for the History of Psychiatry (EAHP), the European Club for the History of Neurology (ECHN), and the International Society for the History of the Neurosciences (ISHN)

Zurich and Lausanne, Switzerland, 13-18 September 1999